Excite

Vivre en ville nuit à votre santé

Il ne fait pas bon de vivre en ville de nos jours! L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) vient de lancer mercredi dernier à Genève, une campagne pour la santé dans les zones urbaines. 1000 villes, à travers le monde, seront concernées.

De vraies menaces

L'objectif de l'OMS est d'alerter la population et les autorités concernées sur une 'triple menace': la pauvreté, les maladies dues au mode de vie sédentaire, et la dangerosité de la vie citadine. Hors, la croissance de la population mondiale dans les années à venir se fera surtout dans les villes.

'Une mauvaise santé, y compris une mauvaise santé mentale, est l'une des expressions les plus visibles et quantifiables du mal que peut faire la vie en ville', estime la directrice générale de l'organisation, Margaret Chan.

Une croissance non maîtrisée

Depuis qu'elle a dépassé les trois milliards de personnes en 2007, la population vivant en ville est majoritaire. Et en 2030, 60% de la population mondiale vivra en ville, et en 2050, elle atteindra 70%. Un phénomène qui concernera surtout l'Afrique et l'Asie.

Des populations urbaines qui souffrent déjà de maladies infectieuses liées à la pauvreté, de maladies comme les affections cardiaques, cancers et diabètes causées par le tabagisme et une mauvaise alimentation et enfin, de blessures dues aux accidents de la route, et à la violence. Par ailleurs, les bidonvilles, où près d'un milliard de personnes vivent, sont un terrain propice pour toutes les maladies infectieuses type tuberculose ou hépatite.

Les disparités sont très importantes entre les villes. D'après L'OMS, à Nairobi, un enfant vivant dans un bidonville a quatre fois plus de chances de mourir avant d'atteindre son cinquième anniversaire qu'un enfant vivant dans une autre partie de la capitale kenyane.

L'OMS souhaite aujourd'hui sensibiliser les autorités qui sont souvent dépassées et n'ont pas réussi à concevoir et construire les infrastructures de santé adéquates. En effet, une bonne politique de santé en milieu urbain peut faire la différence, poussant l'espérance de vie à 75 ans dans les pays en développement, alors qu'une mauvaise gestion la réduirait à 35 ans.

Photo: intrinsic (flickr.com)

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2018