Excite

COVID-19 : Quel vaccin peut-on recevoir en France

Les experts sont de plus en plus unanimes sur le fait qu’on va devoir apprendre à vivre avec le coronavirus. Le vaccin devient ainsi le seul moyen de se prémunir contre la maladie. Fort de ce constat, des laboratoires se sont lancés dans la compétition un peu partout dans le monde. Où en est la France dans cette quête ?

    Photo: Shutterstock

Types de vaccins

L’Hexagone est plutôt avancé quant à la course au vaccin anti COVID-19. En effet, 3 différents vaccins anti COVID-19 sont actuellement autorisés en France, et 3 autres pourraient être disponibles d’ici la fin de l’année. Les trois vaccins qui ont déjà été approuvés pour une utilisation en France sont ceux développés par Pfizer-BioNTech, Moderna et AstraZeneca. D’ici la fin de l’année, six vaccins différents au total pourraient être disponibles en France, compte tenu des contrats déjà signés entre l’UE et les développeurs.

Efficacité des vaccins

Le vaccin de Moderna, validé le 6 janvier 2021, est efficace à 94,5 %. Ces résultats sont toutefois en légère baisse chez les personnes de plus de 65 ans (86,4 %). Le vaccin Pfizer-BioNTech pour sa part est efficace à 95 % et à 94,7 % chez les personnes de plus de 65 ans. Quant au vaccin AstraZeneca, qui a été approuvé en France le 2 février 2021, son efficacité est estimée à 70 % selon certaines études. C’est le seul vaccin de la liste dont le niveau d’efficacité a été confirmé le 8 décembre 2021 par une revue scientifique, en l’occurrence The Lancet.

Distribution du vaccin

Le gouvernement français a promis de faire ouvrir des centres de vaccination dans tous les départements de la France. C’est ainsi que depuis le 14 janvier 2021, les personnes éligibles qui souhaitent se faire vacciner peuvent prendre rendez-vous au centre le plus proche de leur domicile.

Pour ce qui est des préférences, le ministre de la Santé Olivier Véran soutient qu’il n’est actuellement pas très judicieux de choisir. Selon ses dires, « Nous disposons aujourd’hui de deux vaccins valables. Il s’agit de deux vaccins à ARN messager ayant la même efficacité et la même application. Il n’est pas nécessaire de se poser la question du choix entre les deux ». S’ils sont similaires sur le plan médical, ils sont différents sur le plan logistique.

Le vaccin Moderna peut se transporter à des températures plus basses et rester stable dans des réfrigérateurs normaux pendant 30 jours, contre cinq jours pour le vaccin Pfizer/BioNTech. En pratique, cela signifie que les deux vaccins ne seront peut-être pas disponibles en même temps et au même endroit.

Choix du patient

Même si davantage de vaccins sont approuvés en France, il est peu probable que les patients puissent choisir eux-mêmes ceux qu’ils recevront, a déclaré Dominique Le Guludec, président de la HAS (Haute Autorité de Santé), lors d’une session parlementaire en décembre. « Je ne crois pas que le patient sera la personne la mieux informée pour choisir consciemment le vaccin qui lui convient le mieux », a-t-il déclaré en décembre.

Le professeur Daniel Flore, vice-président de la commission technique des vaccins de la HAS, a abondé dans le même sens. « Si nous avions la preuve que tous les vaccins seront équivalents et qu’ils seront tous disponibles partout, pourquoi ne pas laisser les gens choisir ? Mais il est clair que ce ne sera pas le cas », a-t-il déclaré. « Personnellement, je pense que la vaccination est un sujet compliqué. Pour dire que les gens devraient pouvoir choisir, j’appelle cela du populisme ».

Conclusion

Si le masque facial couplé à d’autres mesures de protection a été utilisé comme solution palliative pour limiter la propagation du COVID-19, la vaccination représente certainement la solution à long terme. Attention toutefois aux effets secondaires ! Toute personne ayant un historique des réactions allergiques importantes devrait éviter le vaccin Pfizer d’après les récentes données.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2021