Excite

Sommeil de l'enfant : vers plus d'autorité parentale

Pratiquement tous les dix ans, de nouvelles méthodes sont censées aider les jeunes parents à mieux élever leur enfant. Mais chaque enfant est différent et, bien sûr, on ne s'improvise pas parent. Le bébé, l'enfant ont besoin de points de repères et de rythmes bien établis. L'enfant peut être un gros dormeur. Si ce n'est pas le cas, ses nuits sont normalement assez longues, une bonne douzaine d'heures en moyenne, mais la vie des parents ne doit pas influer sur le rythme de l'enfant.

Il y a quelques années, les médecins conseillaient aux parents de ne pas faire dormir leur nouveau-né dans la chambre parentale. Sauf que, le cododo est apparu, une sorte de petit lit accroché à celui des parents. L'enfant ne se trouve plus seul et cela permet à la maman qui allaite de ne pas se lever. Cette solution est-elle réellement raisonnable ?

Le professeur de sociologie David J.Maume, a étudié la question du sommeil réparateur de l'enfant. Selon lui, les parents doivent faire preuve d'autorité parentale pour que leur enfant s'endorme plus facilement. L'efficacité est d'ailleurs démontrée, par rapport à tous les médicaments ou solutions homéopathiques disponibles sur le marché. Cela se révèle notamment avec le sommeil des adolescents, qui sont sur des écrans avant l'heure du coucher. David J. Maume préconise donc une implication plus grande dans leur éducation, en leur donnant des conseils mais aussi en se souciant de leur vie. Les adolescents sont souvent réfractaires à l'autorité mais en prenant conscience que les parents sont là pour eux et s'inquiètent de leur santé, ils seront beaucoup plus réceptifs.

Pour une bonne qualité de sommeil, certaines choses sont immuables et sont applicables même aux adultes. Imposer une heure de coucher fixe, éviter de laisser l'enfant se relever quand il ne parvient pas à dormir. Bien sûr, c'est du bon sens. Mais à tout âge, les parents doivent être vigilants car entre 12 et 15 ans, les adolescents perdent déjà une heure de sommeil. Il leur est donc difficile d'assurer une journée d'école, des devoirs et tout le reste avec seulement 8 heures au lieu de 9 heures de sommeil. Bien entendu, certains peuvent faire la grasse matinée le week-end mais, en contrepartie, ils se couchent tard. Ils ne récupèrent en aucun cas ce déficit qui s'accumule de jour en jour.

Les parents doivent donc être extrêmement attentifs, que ce soit pendant l'enfance, l'adolescence, car le manque de sommeil récurrent peut être source de mal-être et peut tourner à la dépression.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017