Excite

Quid du libre-service en pharmacie ?

Depuis juillet 2008, la législation française autorise les pharmacies à proposer les médicaments, normalement vendus sans prescription, en libre-service. Et il semblerait bien que pour certaines officines, cela fasse recette.

Des "supermarchés de la santé"

Ainsi, certaines grandes pharmacies se transforment peu à peu en "supermarchés de la santé" où l'on peut bénéficier d'offres spéciales sur des achats de lots ou même de bons de réductions sur certains produits. Il faut dire qu'à l'heure où le trou de la sécu se fait gouffre insondable avec de moins en moins de produits remboursés et en pleine crise économique, il faut bien trouver comment redorer son chiffre d'affaire lorsque que l'on vend des médicaments.

D'ailleurs les véritables grandes surfaces ne s'y trompent pas et aimeraient bien, elles-aussi, être de la fête. C'est le cas d'Edouard Leclerc qui milite depuis plus d'un an pour l'autorisation de vente des ces mêmes médicaments sans prescriptions dans ses supermarchés pour, dit-il, plus de transparence au niveau des prix. Pour le moment, il n'en est toujours pas question mais il est clair que cela finira par arriver.

A quand l'aspirine en grandes surfaces ?

D'ailleurs dans d'autres pays comme la Grande Bretagne ou les Etats-unis, les fameuses chaînes Boots ou Wallgreen ne ressemblent même plus à des pharmacies, tant il faut traverser d'allées bondées d'aspirines, vitamines, parfums, cosmétiques et autres produits de "soin" (dans son sens global) et de santé avant d'avoir affaire à un vrai pharmacien, susceptible de délivrer les médicaments sous ordonnance... On trouve également outre-atlantique les cachets d'aspirines ou anti-douleurs dans les rayons de la plupart des supermarchés d'alimentation.

Si certains annoncent pour le coup la mort des petites pharmacies, qui, faute de place dans leurs échoppes, ne peuvent se positionner sur un tel marché, les consommateurs, eux, s'y retrouveront sans aucun doute, guerre des prix oblige. Cependant, en tant que "malade", il faudra rester prudent, les médicaments n'étant pas des bonbons que l'on ingurgite en cas de stress ou de mal-être. Mieux vaudrait alors opter pour un "alicament" sans prescription en passant par la pâtisserie la plus proche pour s'offrir un bel éclair au chocolat !

Photo : quezi.com

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017