Excite

Pollution et enfants, gare aux microparticules

L'impact négatif de la pollution sur la santé étant avéré, l'on sait aujourd'hui que les villes françaises dépassent toutes le seuil de particules toléré par l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé). Pourtant il était encore permis d'espérer que les villes moyennes étaient épargnées par l'excès de pollution.

L'Institut National de Veille Sanitaire a rendu public le compte-rendu d'une étude qui portait sur les effets néfastes de la pollution, et plus particulièrement des microparticules, sur la santé des enfants en poussette dans une ville moyenne.

Les microparticules rejetées par les véhicules à motorisation Diesel sont réputées pour être irritantes, allergènes et cancérigènes.

L'étude s'est déroulée à Aix-en-Provence. Le but était de suivre deux jeunes enfants installés dans deux poussettes équipées de capteurs sur un parcours type, à des heures précises (savoir de 8 à 10 et de 17 à 19 heures). Chacune des deux poussettes devait évoluer dans deux quartiers distincts, l'un semblant moins passant que l'autre. Pourquoi Aix-en-Provence ? Bien que moyenne, cette ville est souvent sujette aux pics de pollution et entre dans le peloton de tête des communes les plus polluées du pays. Il était donc question, dans cette étude, de rechercher principalement les PM 2,5 (microparticules 2,5) essentiellement dus à l'activité routière et industrielle responsable de 15 % des affections asthmatiques chez les enfants.

Les enfants les plus exposés aux PM 2,5 développent facilement infections respiratoires, asthme, infections ORL. Leur incidence ne s'arrête pas là puisqu'on sait aujourd'hui qu'en plus d'être cancérigènes, les PM 2,5 favorisent amplement les risques de développer grippes, allergies alimentaires, obstructions des artères, infarctus. Elles ont aussi une incidence sur la faible croissance de certains embryons humains.

L'étude menée à Aix-en-Provence aide à prendre conscience que les catastrophes écologiques ponctuelles ne sont pas les seules, et pas forcément les pires, à avoir un impact considérablement dangereux sur la santé notamment celle des enfants. Et à Aix-en-Provence, aux jour et heures des tests, la pollution dépassait considérablement le taux visé par l'OMS.

Reste à souhaiter que ces études se multiplient pour faire réagir industriels, pouvoirs publics, économistes et citoyens face aux effets néfastes de la pollution sur la santé des grands et surtout des petits. Comme l'a si bien dit le scientifique français Albert Jacquard : "Nous sommes les locataires provisoires d'une planète magnifique mais fragile".

Photo : Joiseyshowaa (flickr.com)

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2022