Excite

L'obésité infantile : une thérapie familiale en réponse

L’obésité infantile a significativement augmenté dans les pays industrialisés depuis les années 1980. Des études menées en 2006 ont fait aparaître que 18% des enfants entre 3 et 17 ans étaient en surpoids dont 5 % pouvaient être qualifiés d'obèses. Ces mêmes chiffres ont révélé des origines biologiques, socio-comportementales et environnementales à ce problème.

Nette augmentation entre 1980 et 2000

Il est en effet indéniable que l'obésité infantile relève d'un facteur héréditaire. Néanmoins, l'augmentation des cas révèle une modification des comportements liés au mode de vie moderne, à l'offre alimentaire et à l'incitation publicitaire. Les enfants ne font plus de longs trajets à pieds, mais prennent les transports pour se rendre à l'école ; ils ne jouent plus dehors, mais assis devant des consoles ; ils ne mangent plus des produits de base préparés par maman, mais des produits industriels dont on ne maîtrise pas l'apport calorique (qui par ailleurs n'est pas dépensé).

Pas de régime, mais une hygiène de vie

La HAS (Haute autorité de santé) recommande de différencier les enfants en surpoids et en bonne santé des enfants obèses présentant une maladie associée. Pour les premiers il suffit d'œuvrer à ce que leur écart de poids par rapport à la norme ne se creuse pas plus.

Dans tous les cas, la démarche ne doit pas être présenté comme ayant pour objectif la perte de poids qui pourrait être comprise comme passagère et vexatoire. Son état n'est en aucun cas sa faute et son comportement lui a été imposé par son environnement. Par ailleurs, le traitement de l'obésité infantile n'est en aucun cas passager : c'est un changement définitif de comportement.

La famille entière est concernée

Le plus souvent, la famille entière doit revoir son mode de vie :

  • le temps de sommeil,
  • les activités sédentaire,
  • les activités physiques,
  • le grignotage,
  • l'alimentation industrielle,
  • l'équilibre des repas,
  • les relations stressantes,
  • l'alcool,
  • le tabac.

Non à la maigreur à tout prix

Il est dangereux pour son avenir de contraindre à maigrir un enfant en bonne santé atteint d'une lègère obésité infantile stable. En général, l'objectif de maigrir n'est pas le sien et il vivra la démarche comme une brimade. Par ailleurs un régime précoce peut entraîner des troubles du comportement alimentaire à l'âge adulte. Mieux vaut lui parler de rééducation du comportement général à long terme dans l'objectif d'être bien dans sa peau.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017