Excite

Migraine quand tu nous tiens !

Une étude épidémiologique récente démontre qu'entre 12 et 15% de la population souffrent de migraines et parmi eux les femmes sont largement plus touchées (environ 3 femmes pour un homme).

Les femmes sont naturellement plus sujettes aux migraines

Si cette affection fait fi de la parité, cela s'explique en partie par certains éléments souvent déclencheurs de la crise de migraine : les hormones. En effet la migraine la plupart du temps d'origine hormonale fait souvent son apparition chez la femme en fin de cycle. Pourtant si les premières crises apparaissent avant l'âge de 35 ans et le plus souvent dès la puberté, elles ont tendances à s'estomper voire même parfois disparaître après la quarantaine. Il est à noter que certaines contraceptions orales (notamment de type œstroprogestatives) ont tendance à accroître les risques de crises.

Souffrance et incompréhension

Les migraineux ont souvent du mal à faire comprendre leur douleur à leur entourage d'autant que le mal s'accompagne très souvent de symptômes secondaires comme des troubles de la vision et/ou des nausées. Pourtant, les personnes atteintes de ce problème se retrouvent vraiment handicapées lors des crises qui surviennent sans prévenir et plongent le malade dans des souffrances terribles, le mettant complètement hors d'état d'agir ou de travailler.

Prise en charge et traitements

Malheureusement, rarement prises au sérieux au départ, les migraines restent, dans la majeure partie des cas, non traitées médicalement et font plutôt l'objet d'auto-médication ce qui n'arrange pas toujours le mal, mais bien au contraire peuvent le rendre chronique. Pourtant des traitements existent, mais sont en règle générale de longues durées et dits "de fond" (c'est à dire qu'on n'administre pas le remède au moment de la crise mais plutôt tout au long de l'année par petites doses). Il existe toutefois des traitements "de crise" pour les cas les plus graves et les douleurs insoutenables mais il faut un suivi important car les substances administrées ne sont pas innocentes.

Car si les céphalées dites "classiques" peuvent disparaître avec l'ingestion d'aspirine ou d'ibuprofène, il est rare que la migraine cède à ces substances seules. Aussi est-il important de consulter un professionnel le plus tôt possible afin de dépister cette affection au plus tôt.

Photo : api.ning.com

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017