Excite

Les transports publics, ça vous déprime!

Point de salut dans le métro-boulot-dodo qui a fini par se transformer en métro-boulot-bobo selon une récente étude d’un cabinet de consulting expert dans le domaine des risques professionnels.

Trop de 'trop'...

C’est le cabinet Technologia qui s’est chargé de cette étude réalisée en Ile-de-France, celui-là même qui avait déjà réalisé l’enquête sur le stress des salariés de France Telecom après les événements que l’on sait. Et ce que révèlent ces professionnels du risque au travail, c’est que les transports en commun minent le moral des salariés.

Trop long, trop loin, trop sales, trop bondés, trop déglingués, trop souvent en panne ou en grève... bref, les superlatifs péjoratifs pleuvent quand il s’agit de décrire les transports du matin et du soir pour se rendre sur son lieu de travail. D’autant que les patrons, eux, ne considèrent pas cela comme un problème professionnel mais bien comme un problème personnel.

Vers l'aménagement du travail?

Pourtant, souligne Technologia, si les salariés stressent à courir en tous sens matin et soir, c’est bien pour être à l’heure au bureau afin de ne pas être sanctionné au premier retard comme c’est souvent le cas. Ainsi, le temps de trajet, même si celui-ci est très élevé (1h30 en moyenne aller-retour en région parisienne) ne serait pas le seul en cause. La peur de ne pas être à l’heure ou d’être retardé par les aléas des transports en commun (pannes, grèves etc...) vient encore augmenter la pression qui pèse sur ces salariés condamnés à un rythme effréné avant même d’atteindre leur lieu de travail.

Technologia préconise donc aux employeurs de tenir compte des difficultés de leurs salariés en organisant le travail pour éviter ce stress excessif. Ainsi, privilégier les téléconférences, le télétravail et plus de flexibilité dans les horaires pourrait être un début de solution visant à améliorer la qualité de vie des salariés de la région parisienne.

Photo: pathien.com

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017