Excite

Certains médicaments, ennemis silencieux de nos reins

Certains médicaments doivent être utilisés avec précaution, car ils risquent de détruire les reins en silence, sans provoquer la moindre douleur qui pourrait nous alerter avant qu’il soit trop tard.

Les médicaments anti-inflammatoires (antidouleurs) à base de molécules comme l’ibuprofène, l’acénoclofénac ou le naproxène, entre autres, peuvent entraîner une insuffisance rénale parfois grave.

Ces médicaments étant souvent vendus sans ordonnance, il est préférable, pour son bien-être, de s’abstenir de toute automédication, en particulier pour les personnes à risques comme celles qui ne s’hydratent pas suffisamment.

La mauvaise réputation des diurétiques, en dehors d’une utilisation médicale, n’est plus à faire. En effet, ils peuvent provoquer des lésions graves des reins et, de même que les laxatifs, alors que leur efficacité pour maigrir n’a jamais été prouvée.

Il faut aussi se méfier de certains antibiotiques et antiviraux qui peuvent détruire progressivement les reins, mais ces médicaments sont généralement administrés sous contrôle médical ce qui évite le surdosage. Il en est d’ailleurs de même pour certaines chimiothérapies.

Il faut savoir qu’une insuffisance rénale peut se développer sans aucun symptôme ni douleur pendant de longues années et dégénérer en maladie chronique. Les principaux facteurs de risque sont le diabète et l’hypertension artérielle.

Il est donc prudent pour garder une bonne santé de ne pas prendre de médicaments sans l’avis de son médecin et de ne pas cesser un traitement avant la fin de la durée prévue.

Photo : Dr Stephen Dann (flickr.com)

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017