Excite

Les Chinoises recourent au lait en poudre pour leurs bébés

Depuis le retentissant scandale du lait frelaté à la mélamine, qui en 2008 avait tué six enfants et rendu malade environ 300 000, la Chine a enregistré une succession de nouvelles affaires qui ont achevé de ruiner la réputation de son industrie laitière nationale.

Ces craintes ont déclenché une véritable explosion des importations de lait en poudre, en particulier celui destiné aux nourrissons. Le marché du lait pour bébé représentait 750 millions d’euros en 2002, 6.5 milliards d’euros cette année et on s'attend à ce qu'il atteigne près de 10 milliards en 2015.

Cette demande gigantesque a récemment provoqué des pénuries à Hong Kong et aussi loin que l'Australie, l'Allemagne, les Pays-Bas ou la Nouvelle-Zélande. Plusieurs gouvernements ont ainsi dû mettre en place des systèmes de quotas tandis que se développait un immense marché noir sur l'internet, des revendeurs en Europe et ailleurs achetant localement des boîtes de lait pour ensuite les revendre au prix fort en Chine.

En effet, dans le pays le plus peuplé du monde, seulement 28% des mères allaitent leur enfant durant les six premiers mois de sa vie, un ratio qui tombe à 16% dans les zones urbaines. C'est nettement moins que la moyenne mondiale de 40%, tandis que ce taux atteint 80% dans des pays comme le Royaume-Uni.

Pékin s'est rendu coupable d'un « vaste échec marketing » pour promouvoir l'allaitement maternel, estime Robert Scherpbie, responsable de la santé et de l'alimentation à l'Unicef en Chine. A l'opposé, les fabricants adoptent selon lui des stratégies redoutables : « Ils affirment renforcer leur substitut au lait maternel par toutes sortes de produits qui favorisent l'apprentissage, rendent votre enfant plus intelligent et incorporent des substances immunogènes, alors que le lait naturel contient déjà toutes ces substances».

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017