Excite

Le cannabis, comme médicament, bientôt en pharmacie

La France rattrape son retard sur ses voisins Européens, sur le Canada, et accepte que le cannabis ne soit plus considéré comme une drogue. Les utilisateurs de cannabis, comme médicament, ne seront plus considérés comme des voyous et ne vivront plus sous la peur d'être arrêtés par la police. Le cannabis entre dans la composition de la pharmacopée. Il était interdit depuis 1953, même son utilisation temporaire, accordée souvent pour des médicaments innovants soignant cancers, myopathies ou affections rares.

Le Sativex, médicament issu de la plante de cannabis, va recevoir une autorisation de mise sur le marché français. Il permet de soulager les douleurs de la sclérose en plaques, maladie qui affecte l'enveloppe des nerfs, la motricité des membres, des muscles. Les douleurs, dues à des raideurs et des crampes, sont insupportables. Sur les 80 000 personnes atteintes par la maladie, seuls 8 000 à 10 000 malades pourront bénéficier de ce traitement. Le cannabis est recommandé pour les malades atteints du sida car il leur permet de retrouver l'appétit, de supporter nausées et vomissements. Bien entendu, la prescription sera très encadrée et surveillée afin qu'il n'y ait aucun risque de dépendance.

Marisol Touraine a publié un décret le 5 juin 2013 permettant la mise sur le marché de médicaments issus du cannabis. L'ANSM a reçu la mission d'étudier toutes les conditions de mise sur le marché et de délivrance du Sativex. Cela devrait intervenir début 2014. Le Sativex permettra donc aux malades qui ne sont plus soulagés par les antalgiques, et même la morphine, d'être dans le cadre de la loi. Surtout que ceux qui l'achètent dans d'autres pays paient très cher le fait de pouvoir être soulagés. La société espagnole Almirall, qui commercialise le Sativex, est en train de négocier avec les autorités sanitaires françaises pour proposer trois flacons du produit à 400 Euros.

Maintenant, est-ce que l'Etat français est prêt à autoriser la culture de cannabis pour tous ces malades qui en ont besoin et qui peuvent présenter une attestation de leur médecin ? C'est régulièrement pratiqué depuis des années, même si la peur de la condamnation est toujours présente.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017