Excite

La nymphoplastie, chirurgie esthétique en toute intimité

Il peut arriver que Dame Nature ait paré les naïades de petites lèvres génitales plus longues que la moyenne. Certaines femmes ont recours à la nymphoplastie.

Opération de chirurgie esthétique particulière, la nymphoplastie aussi appelée labiaplastie, consiste en la réparation des petites lèvres génitales. Cet acte de chirurgie esthétique est de plus en plus pratiqué et permet à la femme de retrouver une certaine confiance en elle après un accouchement ou tout simplement lorsque l'apparence de son sexe ne la satisfait pas. Nombreuses sont les femmes qui déplorent le fait que leurs petites lèvres soient trop apparentes au point d'entraîner un inconfort en position assise ou dû au port de lingerie, des douleurs lors de l'acte sexuel (dyspareunie) ou encore un complexe dans les moments d'intimité. Ce qui justifie une nymphoplastie.

Suite à une nymphoplastie le séjour à l'hôpital est relativement court (un à deux jours), mais la convalescence s'avère de plus longue durée au cours de laquelle les relations sexuelles sont à proscrire pendant au moins deux mois afin de favoriser la cicatrisation.

Généralement, l'opération des petites lèvres dure entre 3 et 4 heures, la plupart du temps sous anesthésie générale. La cicatrisation ne laisse quasiment pas de traces, grâce aux méthodes actuelles. Quant à la douleur post-opératoire, elle ne nécessite que la prise d'antalgiques. Des soins antiseptiques sont dans un premier temps dispensés par les infirmières puis par la patiente elle-même une fois qu'elle est de retour à son domicile.

Il y a encore quelques années, l'ablation des petites lèvres était totale (nymphectomie), mais les suites chirurgicales très inconfortables ont poussé les chirurgiens à se contenter de corriger la longueur des petites lèvres sans pratiquer d'ablation. La nymphoplastie est également utilisée pour une reconstruction d'hymen ou pour resserrer les muscles vaginaux. Dans tous les cas, elle doit absolument être pratiquée par un chirurgien spécialisé.

La prise en charge partielle de la nymphoplastie par la Sécurité Sociale est parfois possible (chirurgie réparatrice), selon les cas. Quant au complément restant à la charge de la patiente (entre 1000 et 2500 euros), certaines Mutuelles Complémentaires acceptent de le rembourser, là encore, selon les cas.

Il est regrettable que la chirurgie intime soit encore un sujet tabou dans une société qui se veut pourtant compréhensive et tolérante. Pourtant, il s'agit d'une opération de chirurgie esthétique permettant de retrouver un certain confort tant physique que psychologique, au même titre que la rectification des oreilles décollées, l'allongement du pénis chez l'homme ou un réalignement dentaire.

Photo : Jean-François Gornet (flickr.com)

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2021