Excite

Hypertension pulmonaire thromboembolique, l'angioplastie pour soigner

Une nouvelle avancée médicale et technique, l'angioplastie, permet de soigner l'hypertension pulmonaire thromboembolique.

L'hypertension pulmonaire thromboembolique est une maladie caractérisée par l'augmentation de la pression artérielle pulmonaire. Des caillots sanguins bouchent les artères. Essoufflement à l'effort puis au repos sont notés au début de la maladie. Le risque de syncope se traduit lorsqu'elle a évolué. 500 nouveaux cas annuels sont répertoriés en France. Une ou plusieurs embolies pulmonaires aiguës, passées inaperçues et non traitées, touchent les patients. Les caillots de sang adhèrent à la paroi des artères. Sans traitement adéquat, le ventricule droit montre de nombreuses défaillances entraînant un décès.

Tout savoir sur la cardiologie.

Les patients atteints d'hypertension pulmonaire thromboembolique subissent une opération lourde, intervention d'exception, avec arrêt circulatoire de cinquante minutes. Le chirurgien décolle les blocs de fibrose présents sur la paroi des artères pulmonaires obstruées. La plupart des patients retrouvent une activité normale au bout de quelques semaines. En périopératoire, il est constaté 3 à 5% de décès.

50% des malades ne peuvent bénéficier de cette opération, vaisseaux près des poumons, mauvais état général, graves maladies associées, c'est pourquoi l'angioplastie, nouvelle technique en place depuis deux ans, est le recours dont ils disposent pour dilater les artères pulmonaires rétrécies par la fibrose. Un cathéter est introduit par la veine jugulaire. La dilatation, grâce à un ballonet, écrase les éléments. L'opération est répétée pour chaque artère obstruée. Il faut compter quatre séances de deux heures, minimum, sous anesthésie locale. L'angioplastie peut entraîner une désobstruction de 50 à 60 % des artères. La capacité à l'effort est améliorée. Toutefois quelques complications sévères ont été observées mais ne concernent que 5% des cas. Associé à un traitement anticoagulant à vie, un médicament mis sur le marché, il y a un an, le riociguat, permet une amélioration cardiaque et respiratoire de 35%. Il peut être utilisé après chirurgie. Une étude va comparer angioplastie et riociguat.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017