Excite

L'hémorragie post-partum nécessite une mise sous surveillance

Une étape de l’accouchement est souvent méconnue pourtant, les risques sont importants pour la jeune maman. L’hémorragie post-partum représente ainsi un réel danger nécessitant une surveillance assez rigoureuse. La période la plus délicate se situe deux heures seulement après la mise au monde de l’enfant, mais elle peut se prolonger de 24 heures.

Après l’arrivée du bébé, la jeune maman ressent encore des contractions représentant la rétractation du muscle utérin. Ce dernier doit ainsi favoriser la délivrance du placenta composé de plusieurs vaisseaux sanguins. Ils sont essentiels pendant la grossesse puisqu’ils permettent l’alimentation du fœtus via le cordon ombilical.

Après l’expulsion, les artères précédemment alimentées doivent se refermer de manière progressive dans le but de stopper le saignement. Une hémorragie post-partum peut tout de même se produire au maximum 24 heures après l’accouchement. La plupart des complications sont décelées par les médecins dans une moyenne de deux heures. Toutes les jeunes mamans sont ainsi placées sous surveillance dans une salle de naissance où une équipe reste à disposition.

L’accouchement à une incidence sur l’éventuelle hémorragie, pour une césarienne la perte sanguine peut être de l’ordre d’un litre et de 500 millilitres par voie basse. Au-delà, elle est qualifiée de « sévère ».

Durant les deux heures, le volume ainsi que la consistance des lochies (pertes de sang physiologiques) sont examinés de très près par cette équipe. Lorsque la confirmation d’une hémorragie est réalisée, une équipe pluridisciplinaire (un obstétricien, une sage-femme, un infirmier, un anesthésiste réanimateur et éventuellement un radiologue) recherche les causes et tente de soigner la patiente.

Est-il possible de prévenir l’hémorragie post-partum ?

Les femmes enceintes bénéficient au cours de leur grossesse de plusieurs consultations (prénatale, anesthésique) dans le but de limiter les risques d’une hémorragie post-partum.

Certaines situations permettent également de déceler ce type de complication notamment lors de la dernière échographique. Un placenta prævia(devant le col) ou accreta (anormalement collé à l’utérus) nécessite un suivi plus approfondi.

Les futures mamans sont ainsi orientées vers une maternité adaptée et spécialisée pour la gestion de ces cas.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017