Excite

Fibromyalgie: une maladie silencieuse

Encore mal connue et mal diagnostiquée, la fibromyalgie touche une vaste population, essentiellement parmi les femmes de plus de 30 ans. Ainsi dans les pays développés, entre 2 et 6% de la population en souffrirait. La fibromyalgie se manifeste par des douleurs musculaires diffuses ou plus aigües qui peuvent parfois être tellement handicapantes dans la vie quotidienne qu'on considère ce mal comme invalidant.

Les symptômes

Autrefois, et même parfois encore aujourd'hui, cette affection était considérée par le corps médical comme une maladie imaginaire car aucun des tests effectués, qu'ils soient musculaires, sanguins ou osseux ne révélaient en général d'anomalie. Pourtant, le patient souffre bel et bien.

Ces élancements musculaires peuvent souvent être accompagnés d'un sommeil non réparateur et d'une fatigue généralisée, pouvant conduire à des états dépressifs plus ou moins sévères. De plus, la perpétuelle recherche de l'acceptation et de la reconnaissance de son mal par l'entourage comme par les médecins, qui souvent nient sa souffrance faute de "preuves" tangibles, vient empirer sa situation psychologique.

Les causes probables

Certains chercheurs pensent aujourd'hui avoir situé dans le cerveau la zone défaillante qui provoquerait ces douleurs. Il s'agirait du système limbique, région responsable de nos émotions, notre mémoire et de nos facultés d'apprentissage. Altérée pour des raisons encore inconnues, cette zone provoquerait une baisse du seuil de résistance à la douleur et une perception erronée de celle-ci. D'où le manque d'anomalies visibles sur les bilans, puisque ce sont les mouvements de tous les jours, habituellement indolores, qui provoqueraient précisément les douleurs.

Les pistes de traitement

Malheureusement, à ce jour, il n'existe ni traitement ni remède miracle. Seuls les analgésiques (anti-douleurs) et les antidépresseurs ont prouvé une certaine efficacité dans la réduction des symptômes.

La pratique d'une activité sportive non traumatisante de façon régulière est généralement encouragée. Celle-ci, par son endurance, aiderait en effet à relever le seuil de la douleur et de rendre possible à long terme la quasi-disparition des symptômes, ou d'une partie.

Les thérapies cognitives et comportementales permettent également d'aider les malades. D'une part en les accompagnant à travers leur souffrance, et d'autre part pour tenter de trouver des causes à la modification de leur seuil de douleur.

Photo : acu-free.com

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017