Excite

Des Abribus thérapeutiques en Suède

La nuit qui dure, qui dure, qui dure, ça plombe. A Umeå, en Suède, au cœur de l’hiver, il n’y a qu’une heure d’ensoleillement par jour. Pour combattre le blues des habitants privés de lumière naturelle, des lampes de luminothérapie ont été installées dans les Abribus. La société Umeå Energ a équipé trente stations pour contrer la dépression saisonnière (seasonal affective disorder : SAD) liée à l’absence d’ensoleillement.

« Aujourd’hui, la nuit est tombée à 2 heures, les gens doivent bien trouver leur vitamine D quelque part », commente le fournisseur d’énergie dans The Local. Les Abribus brillent de milliers de lux, de quoi réajuster l’horloge biologique et faire la nique au triste cortège du blues hivernal – fatigue, idées noires et libido en berne. Bref, une idée éblouissante. Trop éblouissante peut-être : des chauffeurs de bus, aveuglés par ces abris thérapeutiques, ont fait débrancher deux lampes.

Si l’absence de soleil peut induire des troubles psychiques, la pleine lune n’a pas d’incidence particulière sur le mental, à en croire une étude canadienne. Des chercheurs ont examiné la relation entre les cycles lunaires et les troubles dont souffraient les patients qui se présentaient aux urgences psychiatriques de deux hôpitaux québécois. « Nous n’avons observé aucune corrélation entre les phases de la lune et les problèmes psychologiques », assure Geneviève Belleville, de l’Université Laval, qui espère battre en brèche les croyances des praticiens. Selon l’étude publiée dans la revue General Hospital Psychiatry, 80 % des infirmières et 64 % des médecins pensent que la pleine lune affecte la santé mentale.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017