Excite

Comment réduire les risques de cancers

Pas d'alcool, des fruits et légumes à gogo et l'allaitement pour les femmes seraient les ingrédients de la réduction des risques de cancers.

Pas d'alcool

On ne pouvait déjà plus fumer, ni même un petit joint, voici que l'alcool est définitivement non recommandé pour garder la santé, même pas un petit verre, mais aussi les grandes quantités de viande rouge.

L'Institut national du cancer (Inca) a publié mardi une brochure destinée aux professionnels de la santé qui fait la synthèse des plus récentes études internationales sur les causes de cancer dans le monde.

Cet état des connaissances est une mauvaise nouvelle pour les amateurs d'alcool, de viande rouge ou de compléments alimentaires, entre autres. L'alcool est le principal facteur déclenchant du cancer montré du doigt.

France

La France tient le 6e rang mondial de consommation d'alcool par habitant, avec 12,9l d'alcool pur par personne et par an (un verre de vin, un verre de bière ou un pastis comptent chacun pour 10g d'alcool pur).

Les différents spécialistes de la santé profitent de la sortie de cette brochure, disponible sur le site e-cancer.fr, pour tordre le coup à un malentendu: le petit verre de vin rouge quotidien, qui protégerait le cœur selon certains, n'est pas conseillé en ce qui concerne le cancer.

La consommation de viande rouge est aussi sur la sellette. Le maximum conseillé par semaine serait de 500 g, mais les Français en consomment en moyenne 370 g. Les compléments alimentaires à base de bêta-carotène seraient également en partie responsables de l'augmentation significative de risques de cancers du poumon chez les fumeurs.

Allaitement et fruits

Chez les femmes, l'allaitement maternel serait conseillé sur une période de six mois, afin de réduire les risques de cancers du sein.

Enfin, il est toujours bon de rappeler qu'une consommation quotidienne de fruits, au moins 400 g, est recommandée pour réduire les risques de cancers du poumon, associée à la consommation de légumes pour encore réduire les risques de cancers de la bouche, du pharynx, du larynx, de l’œsophage et de l'estomac.

Et, non malheureusement la petite goutte de prune ce n'est pas du fruit, la transformation de l'éthanol en acétaldéhyde provoquant, avec une augmentation de la perméabilité des muqueuses et une déficience en folates dues à l'éthanol, jusqu'à 168% d'aggravation des risques de cancers de la bouche, du pharynx et du larynx, selon les études.

Photo: Flickr.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017