Excite

Les bienfaits du collier d'ambre: mythe ou réalité?

Les parents de bébés qui font leurs dents en raffolent. C'est la nouvelle mode d'acheter les colliers d'ambre réputés pour leurs vertus apaisantes. La Société française de pédiatrie tire la sonnette d'alarme suite à une étude menée en octobre 2012. Le facteur risque de strangulation est très important pour qu'un bébé porte un collier d'ambre.

Le collier d'ambre se trouve en vente dans les magasins bio, en bijouterie, sur Internet et même dans certaines pharmacies, pour un prix excédant rarement une vingtaine d'euros. Ils sont le nouveau phénomène à la mode (40 à 45% des parents y auraient recours) et ornent de plus en plus de petits cous car ils apaiseraient les douleurs des bébés (dès 4 mois) lorsqu'ils font leurs dents. La Société française de pédiatrie (SFP), publiant début octobre 2012 les résultats d'une étude menée aux urgences pédiatriques des hôpitaux de Toulouse et Montauban, tire la sonnette d'alarme : si rien ne prouve les vertus thérapeutiques de l'ambre, les accidents liés à ces colliers, par strangulation ou ingestion, sont, eux, bien réels. Des cas de décès ont été avérés. L'ambre, si rien ne prouve qu'il ait de véritables vertus antalgiques, n'est pas en soi dangereux. C'est le fait de porter un collier qui l'est, surtout chez les enfants de moins de 3 ans. Coincé dans un barreau de lit, à un crochet ou à toute autre partie du mobilier, le collier risque d'entraîner une pendaison, survenant sous l'effet du poids de l'enfant. Des bienfaits sans fondement scientifique. « Rien, hormis le fait d'y croire, n'en a pourtant jamais prouvé les bienfaits, c'est de la pure superstition », avertit un pédiatre parisien. Pour les spécialistes toulousains, ce « négoce rentable » se pratique « aux dépens de la crédulité des parents ». Le Professeur Patrick Tounian, secrétaire général de la SFP, nuance : « L'effet placebo peut parfois se révéler étonnant, même chez les bébés, mais dans le cas de ces colliers, le rapport bénéfice-risque est trop important côté risque. »

L'ambre n'est pas une pierre, c'est une oléorésine fossile sécrétée par des conifères, utilisée pour la fabrication d'objets ornementaux, la fabrication d'elixirs et produits de bien-être depuis la nuit des temps. L'ambre serait un exudat de cèdres présents sur l'ancienne vallée qui est aujourd'hui recouvert par la mer Baltique. Les arbres utilisent la sève pour se nourrir et en cas de danger, certains arbres produisent des résines ou des Oléorésines afin de se protéger contre les parasites (végétaux ou insectes envahisseurs). Les résines et Oléorésines ont des propriétés thérapeutiques bénéfiques aussi bien aux plantes qui les produisent, qu'aux Humains, du fait de notre grande compatibilité avec les plantes. Les magiciens et autres Alchimistes utilisaient l’ambre pour des filtres d’amour, mais surtout pour guérir. C’est de l’âge de Bronze que naissent des Élixirs, baumes, poudres curatives ou teintures mères basées à partir de l’ambre de la Baltique. Le prix très élevé de ces médecines les réservaient a une élite relativement restreinte. Les choses n’ont pas bougé de ce côté-là. Aujourd’hui, en Pologne, Lituanie, Russie et Chine, sont menées des études approfondies sur les propriétés de ce gemme. De nombreux produits pharmaceutiques sont vendus dans ces pays, ainsi que des produits cosmétiques. En France, le Laboratoire BOIRON utiliserait des teintures mères d’ambre dans certaines de ses préparations.

Mais lorsqu'on vous parle de risque de décès de votre bébé, êtes-vous prêt à prendre ce risque lorsque vous savez que certains médicaments peuvent très bien tenir ce rôle? Il peut être difficile de croire à la strangulation mais que croire? D'un côté une association de pédiatres de l'autre une prétendue vertu non prouvée.

Faut-il interdire?

La réglementation française exige que le collier d'ambre doit céder sous un poids supérieur à 2,5 kg. Les parents sont souvent rassurés de pouvoir s'en procurer en pharmacie. Les pédiatres qui ont mené cette étude espèrent que l'ordre des pharmaciens en fera interdire la vente en officine et que les institutions de santé lanceront une étude épidémiologique de grande ampleur, en vue d'une réglementation plus stricte encore.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017