Excite

Choc anaphylactique : l'allergie peut devenir mortelle

Un choc anaphylactique est une réaction allergique extrême qui peut entraîner la mort si des mesures immédiates ne sont pas prises. Le risque principal est lié à un œdème, c'est-à-dire un gonflement brutal de la gorge qui empêche de respirer. Le diagnostic doit être rapide, tout comme le traitement, et il faudra ensuite éviter tout contact avec l'allergène responsable.

Les responsables du choc anaphylactique

Le choc anaphylactique est souvent dû à une allergie à un aliment comme les fruits de mer ou l'arachide, pour les plus connus, mais aussi le lait de vache et même le porc, et si l'on ressent les premiers symptômes, il ne faut surtout pas courir chercher des secours, car l'effort physique amplifie la réaction.

Les piqûres de guêpe ou d'abeille peuvent aussi déclencher cette réaction, tout comme certains antibiotiques, des produits iodés injectés pour faire des radios, des produits d'anesthésie locale ou générale.

Les symptômes du choc anaphylactique

Les symptômes directement identifiables sont des démangeaisons, des rougeurs, un gonflement des lèvres, du visage et de la gorge entraînant des difficultés respiratoires.

La respiration devient alors difficile en raison du gonflement des muqueuses et la détresse respiratoire s'installe alors.

D'un point de vue médical, on parle d'une insuffisance circulatoire aiguë, accompagnée de tachycardie, d'hypotension, d'une pâleur du visage, de cyanose et de froideur des extrémités, suivis de confusion et parfois d'un coma.

Traitement et prévention

Le traitement d'un choc anaphylactique est l'adrénaline injectée par intraveineuse ou intramusculaire et un remplissage vasculaire.

Lorsque la crise est passée, il est indispensable d'identifier l'allergène et d'éviter tout contact, ce qui implique de lire attentivement toutes les étiquettes des produits que l'on envisage de consommer.

Déjà allergiques : la prudence s'impose

Il est important de savoir qu'une personne qui se sait allergique peut, à tout âge, subir un choc anaphylactique suite à l'ingestion d'un aliment qu'elle a pourtant toujours consommé. Si l'on sent son nez se boucher et sa gorge se serrer, il faut alors très vite prendre un antihistaminique et, éventuellement, utiliser le produit que l'on prend habituellement contre l'asthme, en particulier la Ventoline, surtout si l'on est seul et qu'on ne peut appeler les secours.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017