Excite

Arythmie cardiaque soignée par la technique hybride

L'arythmie cardiaque est dorénavant soignée par la technique hybride. C'est un véritable succès.

L'arythmie cardiaque est également appelée fibrillation auriculaire. 750 000 personnes, en France, sont touchées par cette maladie qui existe sous deux formes, une maladie des valves ou des coronaires et une fibrillation auriculaire isolée. Les oreillettes ont une activité anarchique provoquant une perte de leur contraction et un rythme cardiaque trop rapide, irrégulier. Cela entraîne fatigue, essoufflement, palpitations. L'électrocardiogramme pose le diagnostic. Une arythmie peut entraîner la formation d'un caillot dans l'oreillette et donc un AVC, mais aussi un oedème pulmonaire.

Un ambulancier sauvé par le malade qu'il transportait.

Lorsque l'arythmie est consécutive à une maladie cardiaque, la cause est traitée. Lorsqu'elle est isolée, un traitement médicamenteux, sous forme d'anticoagulant et un anti-arythmique, est mis en place. On obtient 40% de bons résultats et une forte amélioration des symptômes durant un an mais les effets secondaires sont importants. Sous anesthésie, un choc électrique externe peut être proposé. Les formes persistantes nécessitent un traitement, sous forme d'un cathéter introduit dans la veine fémorale, au niveau de l'aine. Il conduit au coeur, coagulant ainsi les zones à l'origine de l'arythmie. Les résultats positifs sont de 60%. Toutefois, pour l'un comme pour l'autre, les résultats ne sont pas durables.

La technique hybride, pour les arythmies de moins de cinq ans, est une intervention mini-invasive, médico-chirurgicale, innovante en France. Elle se passe sous vidéothoracoscopie, pour les fibrillations auriculaires. En une seule intervention, une opération chirurgicale sous vidéo puis un contrôle et un complément par cathétérisme sont pratiqués. Deux petites incisions sont pratiquées de chaque côté du thorax pour l'introduction de la minicaméra et des instruments chirurgicaux. La surface de l'oreillette gauche est coagulée. Le cathéter est introduit par la veine fémorale jusqu'à l'oreillette gauche par le rythmologue. La sonde à son extrémité permet de vérifier que tous les foyers de l'arythmie sont détruits, sinon ils sont coagulés par cathétérisme. En Europe, le succès est aux alentours de 90%. Le rythme cardiaque est normal peu de temps après l'opération.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017